Trois mois sans Facebook… Et ensuite ?

Hier, ça a fait 3 mois que j’ai appuyé sur le bouton « désactiver mon compte Facebook ».

Je me suis inscrite sur Facebook fin 2007, presque obligée par mes études, mais aussi par curiosité. Et puis très vite, je me suis prise au jeu. De plus en plus. Un de mes premiers réflexes du matin est devenu rapidement d’attraper mon smartphone pour checker le réseau social. Puis plusieurs fois par jour, jusqu’au coucher, un dernier petit tour avant  de dormir, alors que j’y ai passé ma soirée.

facebook-eye_2459156b

Il y a quelques temps déjà, j’ai diminué ma « consommation ». J’avais commencé par supprimer la quasi totalité de mes statuts et photos où j’étais taguée dessus. Pour respirer un peu. Et puis j’ai aussi freiné dans le nombre de statuts postés par jour, tout comme les photos (même si Instagram m’a rattrapé à ce petit jeu).

Pourtant, je restais connectée toute la journée, jetant un oeil beaucoup trop régulièrement, sautant sur l’onglet ouvert dès qu’une notification apparaissait, passant d’un profil à un autre, même sans connaître la personne en question. Je jouais la fouine, et je trouvais ça rigolo.

Et puis il y a quelques mois, je me suis rendue compte de son aspect beaucoup trop chronophage, de la place beaucoup trop grande que ça prenait dans mon quotidien, et j’ai soudainement été effrayée de voir toute ma vie, ou presque, à la vue de tous -même si mon profil est protégé et visible seulement par mes « amis »- sur l’Internet.

Alors l’envie de déconnecter est venue. D’abord, ça a été en supprimant l’application de mon smartphone. Mais je craquais et finissais par passer par la page Internet, ou réinstallais l’appli. Je me suis découvert une addiction, tout comme celle au Coca Light que j’avais découvert il y a presque deux ans. Autant j’ai pu arrêter ma consommation quotidienne de Coca Light du jour au lendemain, autant arrêter Facebook a été plus compliqué. Parce qu’au fil des ans, Facebook est devenu l’un de mes principaux outils de communication avec mes copains, ceux que je n’ai pas vu depuis des années, partis plus ou moins loin, mais dont j’aime avoir des nouvelles de temps en temps, comme ceux à l’étranger, avec qui l’envoi de textos peut être (très) difficile. Et puis, on va pas se le cacher, là, entre nous, c’est quand même vachement plus simple d’avoir des nouvelles toutes cuites dans le bec de ses copains, plutôt que de s’embêter à envoyer un message pour en prendre.

A smartphone user shows the Facebook application on his phone in Zenica, in this photo illustration

Mais l’envie était là, de dire « stop ». Quelques semaines difficiles m’ont permis, un soir, de sauter le pas, et de cliquer sur le fameux « désactiver mon compte ». Je m’étais donné un mois de « sevrage ». Aujourd’hui, j’en suis à trois, et je me demande si je vais y retourner.

Bien entendu, j’ai dû louper des évènements plus ou moins importants dans la vie de mes copains. Mais ceux qui voulaient absolument me dire quelque chose à moi, personnellement, et non à une masse de personnes plus ou moins identifiées, ont fini par trouver un moyen de le faire (merci Whatsapp :x). Et vous savez quoi ? D’apprendre en privé qu’un de mes meilleurs copains allait être papa, qu’il me le dise juste entre nous, comme si on buvait un café alors qu’on est à plus de 500 km l’un de l’autre, et bien c’est un des plus beaux souvenirs de ces trois mois qui viennent de s’écouler. Ils sont peu, à avoir pris le temps de prendre de mes nouvelles, à y penser d’eux-mêmes et non pas à cause d’un statut posté. Ils sont peu, mais ils sont là. Et moi aussi, j’ai fait « cet effort », de prendre des nouvelles « à l’ancienne » des copains. Pour certains, c’est plus compliqué, puisque je n’ai que leur Facebook pour les contacter. Du coup, je ne sais pas le prénom de la 2e enfant d’un couple d’amis. Je ne sais pas la déco de la maison nouvellement achetée par une copine. Ou le dernier lieu de vacances d’un copain.

Trois mois sans Facebook, en étant community manager ?!

J’ai un métier qui me fait quand même passer une partie de mes journées sur les réseaux sociaux, et donc sur Facebook.

Et puis, surtout, j’ai ce blog, et la page qui lui est dédiée. Pour pouvoir continuer à m’en occuper, avant de désactiver mon compte, j’ai nommé administrateur de la page un de mes « faux » comptes (que j’utilise pour me débloquer des étapes dans des jeux, voilà). C’est donc celui-ci, qui compte 5 amis (un autre faux compte, ma maman, une copine à qui j’avais donné l’astuce, et la ville de mes vacances) (oui ça fait 4, mais je sais pas qui est le 5e, il ne s’affiche pas), que j’utilise aujourd’hui. Il m’a également permis de participer à différents concours Facebook (et de gagner quelques lots au passage, ahah). Cela m’a permis de fermer l’onglet une bonne partie de la journée. De souffler.

161859632Facebook-Likes

Trois mois sans Facebook, et maintenant ?

Durant ces trois mois, je n’ai pas arrêté d’être sur Twitter ou Instagram (mes p’tits chouchous). Mais ma consommation a diminué. J’ai pris le réflexe de réfléchir avant de poster : quel est l’intérêt de ce que j’ai envie de dire ? Souvent, j’annule, et envoie ma pensée en texto à un proche. Ou la garde pour moi.

Je ne pense pas arrêter Twitter, puisqu’il me permet en grande partie de pratiquer une veille sur plusieurs sujets, autant personnels que professionnels, et de contacter les marques lorsque j’ai des soucis (notamment Sosh, assez réactifs). Instagram, quant à lui, m’offre la possibilité de suivre des comptes d’artistes, comme des photographes, avec leurs jolis clichés.

Facebook ne me manque pas. Ou alors, seulement pour la facilité de communication qu’il permet dans certains cas. Ne plus être sur Facebook me procure une certaine impression de liberté. Je ne me sens plus enchainée à ce réseau, quasi obligée de regarder toutes les 5 minutes mon écran pour être certaine de ne pas rater une info quelconque.

Dans un autre registre, il me manque lorsque j’ai eu la bonne idée de m’inscrire sur un site à partir de mon compte. Du coup, il m’est impossible aujourd’hui de me connecter sur ces sites sans ré-activer mon compte. Ballot.

Trois mois sans Facebook… Encore ?

A cette veille de Noël (oui oui, je suis déjà au taquet !), je me pose la question de revenir, ne serait-ce que temporairement, pour prendre des nouvelles, souhaiter mes meilleurs voeux, et pourquoi pas penser à demander un autre moyen de communication avec ceux qui me manquent ? Alors les copains, surveillez votre Facebook, peut-être remontrais-je le bout de mon nez d’ici quelques jours ! :)

Màj du 8/6/2015 : 9 mois sans Facebook, et maintenant

Mercredi dernier, cela faisait 9 mois sans Facebook. Cette durée gestationnelle (que je parle bien, dites donc), c’est la durée qui m’a fallu pour, finalement, réussir à prendre du recul sur ce réseau social, réapprendre à vivre sans vouloir absolument tout partager avec tout le monde. Mercredi soir dernier, après avoir redemandé mon mot de passe (hé oui, celui-ci, en 9 mois, je l’avais oublié), j’ai cliqué sur « Connexion ».

J’ai posté mon « nouveau » premier statut, histoire de dire « Coucou chuis là, ça va les copains ? ». Et pour tout vous dire, on dirait bien qu’ils vont bien, les copains. Leurs enfants ont grandi ou (v)ont pointé le bout de leur nez, ils sont partis en voyages plus ou moins à l’autre bout du monde, certains ont changé de boulot, ou même de compagnon/compagne. Ensuite, j’ai fait le vide dans ma liste de contacts, en commençant par ceux que je ne connaissais même pas, ceux avec qui je n’avais même pas de contact « dans la vraie vie » lorsque nous étions en cours ensemble, et puis, parce qu’il a aussi fallu passer par là, les membres de mon ancienne belle-famille. Je me suis allégée d’une quarantaine de contacts. 40 ! Maintenant, il me reste à faire, au fur et à mesure, le vide dans les pages likées, qui encombrent beaucoup trop mon fil d’actualités à mon goût. Moi qui me suis habituée à un fil allégé, avec 2/3 groupes de discussions et quelques pages, j’ai eu l’impression d’étouffer devant ce surplus d’informations. Alors hop, ménage de printemps !

Ce que j’ai fait également, c’est de désactiver les notifications. Je n’ai plus la tentation d’aller voir Facebook dès que je suis en 3G sur mon téléphone. Je n’y vais que de temps en temps, en début de journée, après le boulot et peut-être une fois ou deux en soirée quand je glande sur mon canapé. Mon utilisation a bien évolué, et j’en suis ravie. Aucun statut depuis le premier posté, seulement quelques photos partagées depuis mon compte Instagram, et un nouveau changement de couverture (mais cette photo, j’avais trop envie de la partagé, avant de la mettre par ici ;) ). Un statut en 5 jours. Une petite victoire pour moi.

Maintenant, j’espère juste que mes copains, ceux à qui je n’ai pas pu donner de nouvelles pendant ces 9 mois, ne m’ont pas oublié ! ;)

Publicités

5 réponses à “Trois mois sans Facebook… Et ensuite ?

  1. je comprends ce sentiment de passer à sa vie à l’exposer et à espionner celle des autres… ce qui était amusant de prime abord fini par être écœurant, c’est encore de la surconsommation, sauf qu’il ne s’agit pas de sapes de mauvaise qualité faites par des enfants asiatiques, mais de la communication de mauvaise qualité faite par des faux amis. C’est la raison pour laquelle je ne vais que très rarement sur mon compte perso (tous les quinze jours trois semaines, et encore). Les « vrais » potes savent me trouver… par contre, sur le compte pro, qui comptes près de 3000 contacts, c’est un peu plus dur… y’a tellement d’actus qui passent…

    bizzz Molly

  2. Pour le coup, je trouvais que c’était pire sur Parano.
    En tous cas, nous n’avons pas _besoin_ de Facebook. La preuve, j’ai trouvé d’autres moyens de te contacter. Donc c’est une bonne chose que tu as faite, pour toi.

    Et donc tu as fait quoi de ton temps ?

    • J’ai pris soin de moi :)
      Et puis j’ai trouvé un appart, préparé mon déménagement, déménagé, emménagé (et c’est pas encore tout à fait fini…). J’ai un tout petit peu voyagé, pas mal bossé mes concours. Et j’ai maté beaucoup trop de séries. 😀
      (Et je me rends compte que j’ai pas mal mis sur pause mon blog, aussi.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s